Première Dame – Caroline Lunoir

Voici un roman tout à fait rafraîchissant. Si vous avez envie de passer un moment de lecture qui serait comme du champagne, pétillant et savoureux, lisez Première Dame de Caroline Lunoir !

“Paul m’a annoncé hier qu’il serait candidat à la primaire de son parti pour l’élection présidentielle”.

Alors que son époux se présente à la plus grande élection de la République Française, la narratrice décide de commencer un journal intime. Ce qu’elle n’anticipe pas, ce sont les scandales, les trahisons, et l’acharnement des médias qui n’épargneront ni son couple ni sa famille, et dont elle livre au jour le jour les détails cocasses.

Ironique et léger, ce roman à clef réécrit la politique française de ces dernières années au travers de personnages et de situations burlesques offrants de nombreux déjà-vu.

J’ai adoré suivre les aventures de cette mère de famille de 4 enfants, catholique de droite, bon chic bon genre, mi Pénélope Fillon mi Valérie Trierweiler, découvrant avec stupeur les aventures extra-conjuguales de son mari :

“Enfermée dans la salle de bain pour prendre mon bain, j’ai cédé à la tentation de regarder les grands titres et j’ai récolté la souffrance que je cherchais. […] Le monde se gargarise de photographies de Paul surpris, juché sur le scooter de notre fils, au petit matin, bien loin de notre domicile”.

La mode est à la politique fiction. Mais à l’inverse des livres qui racontent l’histoire des hommes d’action sous le feu des projecteurs, j’ai apprécié ce roman drôle et croustillant, qui met en lumière les péripéties d’une femme de l’ombre.

Olga – Bernhard Schlink

Voilà, il fallait que ça arrive. On ne peut pas aimer tous les livres. Certains nous parlent, d’autres moins. Olga, le dernier roman de Bernhard Schlink est de ceux-là.

Le nom de cet auteur vous dit surement quelque chose. Vous avez devez avoir vu le film Le Liseur avec Kate Winslet, adaptation de son roman éponyme paru en 1995 et devenu rapidement un succès planétaire. Depuis, Bernhard Schlink est devenu une rock star de la littérature allemande, pas une sortie de livre sans que les honneurs tombent outre-rhin.

Olga, c’est un destin de femme marqué par l’histoire allemande du XXe siècle. Olga naît à la fin du 19e siècle à l’est de l’empire Allemand. Pauvre, orpheline, elle traverse les deux guerres mondiales, perd tôt l’homme qu’elle aime dans une expédition au pôle nord, et son protégé dans les affres du national socialisme. Elle meurt elle-même dans les années 70, dans des circonstances troubles.

Le point positif de ce roman, c’est sa construction. Les 3 parties du roman sont autant de voix successives, qui livrent leur propre vision de l’histoire d’Olga. D’abord racontée par ce qui semble être un narrateur omniscient, elle est ensuite prise en charge par un personnage qui s’est lié d’amitié avec elle à la fin de sa vie. Le roman se clôt sur les lettres d’Olga, qui livre au lecteur sa vérité.

Ce que je reproche à ce roman, ce sont les personnages. A force d’avoir voulu en faire des incarnations de leur temps et des vicissitudes de l’histoire, ils en deviennent caricaturaux. Leurs traits manquent de finesse, leurs rêves de nuances. Ils manquent de chair.

En clair, ce livre ne m’a pas fait vibrer.

Et vous, vous l’avez lu ? Je suis curieuse d’avoir votre point de vue à ce sujet !

La nuit se lève – Elisabeth Quin

Je l’avoue, je ne sais pas qui est Elisabeth Quin. Je ne regarde pas son émission sur Arte. Je n’ai pas lu ses précédents livres. En tapant son nom sur Google, même son visage ne me dit rien.

Pourquoi ai-je j’ai décidé de lire la nuit se lève, son dernier livre ? Je me souviens d’un entrefilet dans un magazine, une vague hésitation chez le libraire, et un “au fond, pourquoi pas !”, quand je me suis approchée du comptoir pour payer. Peut-être ai-je été touchée par son histoire, intriguée par la forme fragmentaire que prend son récit.

“La vue va de soi, jusqu’au jour où quelque chose se détraque dans ce petit cosmos conjonctif et moléculaire de sept grammes, objet parfait et miraculeux, nécessitant si peu d’entretien qu’on le néglige”

Elisabeth Quin est en train de perdre la vue. Le glaucome qui attaque son nerf optique réduit peu à peu son champ de vision. Elle raconte son combat contre l’angoisse et la maladie, les traitements et leurs échecs, la brutalité du corps médical. Elle me touche quand elle révèle sa fragilité à être malade sous l’oeil des caméras, son angoisse à envisager son avenir à la télévision.

“Combien de temps mes yeux malades tiendront-ils sous les projecteurs ? Dévoiler le secret, écrire sur le glaucome, c’est prendre le risque de faire pitié ou de déclencher une réunion en haut lieu pour me trouver une remplaçante aux yeux en béton armés. Me voilà forcée à imaginer la suite, si lire devenait impossible”.

Enchâssée dans le récit thérapeutique, la nuit se lève est également une expérience métaphysique. A travers nombre d’associations d’idées, d’expériences lues ou vécues, de tableaux, elle essaye de cerner ce que c’est d’être aveugle, ce que cela change sur au rapport au monde, aux autres, à soi-même. Elle se familiarise avec la maladie, se force à s’en amuser, pour mieux la conjurer et la mettre à distance.

“Il faut tenir la malédiction en respect”.

J’ai été parfois fatiguée de l’effet de listing encyclopédique, parfois perdue dans la masse de fragments. Mais toujours admirative de la démarche de la journaliste qui touche, instruit et interroge tout à la fois. Avec brio.

Vigile – Hyam Zaytoun

Hier après midi, j’ai commencé Vigile, le magnifique livre de Hyam Zaytoun. C’était tellement intense que je n’ai pas pu le reposer avant d’avoir atteint la dernière page !

J’ai aimé Vigile malgré moi. Ce roman répond à une question terrible, insidieuse, que je me pose parfois et à laquelle je n’ose pas répondre : comment pourrais-je continuer à vivre s’il arrivait quelque chose au père de mes 3 (et bientôt 4 !) enfants ?

Le livre s’ouvre sur un événement bouleversant. Une femme s’endort près de l’homme qu’elle aime, et est réveillée par un bruit étrange. Elle s’aperçoit que le père de ses enfants est en arrêt cardiaque. Paniquée, prise par l’urgence, elle lui administre un massage cardiaque avant que les secours n’arrivent et l’emportent.

Hyam Zaytoun raconte cette expérience traumatique de voir sa vie sombrer dans le cauchemar, alors que son compagnon se trouve dans le couloir de la mort, plongé dans un coma artificiel. On vit avec ses yeux les longs jours à l’hôpital, l’accompagnement des proches, l’attente, les diagnostics des médecins, et l’espoir comme seul rempart contre l’horreur totale.

Je vous conseille ardemment la lecture de ce livre. J’ai été emportée par l’écriture de Hyam Zaytoun qui raconte avec des mots simples cette traversée des enfers, subjuguée par son souffle lyrique qui dresse une magnifique lettre d’amour à l’homme qu’elle aime.

Et vous, vous l’avez lu ? Vous avez aimé ?

Bacchantes – Celine Minard

A rebours d’une rentrée littéraire 2019 placée sous le signe du sérieux, Bacchantes est un livre léger, drôle et explosif. Cette parodie de films de braquages embarque le lecteur dans une histoire insolite, et parfois tout à fait déroutante.

Alors qu’un typhon menace la baie de Hong-Kong, une brigade de police fait le siège de la cave à vin la plus convoitée au monde, installée dans des bunkers high-tech dernière génération. Trois braqueuses ont réussi à infiltrer le système de sécurité imprenable, et menacent de faire exploser la réserve de grands crus estimée à trois cent cinquante millions de dollars. A l’extérieur, le chef de la police, le négociateur et le propriétaire tentent de cerner le dessein de ce trio excentrique, qui urine dans les bouteilles et dicte ses conditions rocambolesques, “mais aucun d’entre eux n’a le début d’une piste”. Pas plus que le lecteur.

A l’image de ce coffre-fort ultra-sécurisé, le livre de Céline Minard est lui-même un véritable bunker. Impossible, même au lecteur le plus assidu, de comprendre l’intrigue fantasque qui se trame sous ses yeux. Bacchantes reprend les codes du cinéma pour les subvertir dans une performance clownesque et délirante qui laisse le lecteur…pantois.

Long d’à peine cent pages, cette parodie de film d’action se dévore néanmoins d’une traite, comme un épisode de série américaine. Le style est télégénique, les dialogues fusent et s’enchaînent comme dans une comédie à succès. « Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse », écrivait Musset. A défaut d’une vérité profonde, Bacchantes offre une lecture délassante et franchement hallucinée.

Ca raconte Sarah – Pauline Delabroy-Allard

Voilà 4 mois que ce livre est sorti. J’ai beaucoup tergiversé avant de lire “Ca raconte Sarah”. Malheureusement pour moi.

Ca raconte Sarah est le livre que j’attendais depuis longtemps : le livre qui raconte la passion amoureuse, la vraie, celle qui vous saisit comme on vous prend à la gorge, cette folie qui ne laisse aucun répit, qui vous condamne à errer dans le monde comme un pestiféré. Un drame à la hauteur de ses modèles littéraires, Marguerite Duras et Hervé Guibert, les plus grands écrivains de l’obsession (l’aveuglement de la passion) amoureuse.

« Ça raconte Sarah, sa beauté mystérieuse, son nez cassant de doux rapace, ses yeux comme des cailloux, verts, mais non, pas verts, ses yeux d’une couleur insolite, ses yeux de serpent aux paupières tombantes. Ça raconte Sarah la fougue, Sarah la passion, Sarah le soufre. »

Ca raconte Sarah commence sur une attente : la vie de la narratrice se déroule, monotone et triste, après la séparation d’avec le père de sa fille. C’est alors qu’elle rencontre Sarah, violoniste, de laquelle elle va tomber follement amoureuse. Le roman alterne poésie pure et descriptions triviales pour décrire la montée du désir, le vrai, le pur, le cru, celui du sexe et de la chair, celui qui vous aspire et vous vide de votre substance, et qui n’a qu’une issue : la mort.

Ca raconte Sarah, c’est aussi l’histoire d’une rupture violente, ce moment où l’amour est anéanti et qu’il ne reste plus rien du plaisir que nous avions à l’existence. Alors il faut fuir les lieux familiers, faire taire l’obsession du souvenir, et détruire le visage de l’être aimé pour espérer pouvoir revivre.

Vous l’avez compris, Ca raconte Sarah, raconte votre propre histoire.